• Les Malouines (Malvinas, Falkland), une plaie toujours ouverte pour les Argentins - Ushuaïa - Argentine

    Partout des symboles, tel ce grand espace qui lui est consacré, rappellent la tragédie de la guerre des Malvinas, et surtout le fait que ces îles, toujours revendiquées par l'Argentine, sont britanniques et le resteront. Cette guerre a probablement hypothéqué toute négociation permettant peut-être d'arrondir les angles et aboutir à un compromis entre les deux pays. 907 morts pour rien, et combien d'estropiés qui, eux, ne sont jamais comptabilisés !

    Les Malouines (Malvinas, Falkland), une plaie toujours ouverte pour les Argentins - Ushuaïa - Argentine

    Les Malouines (Malvinas, Falkland), une plaie toujours ouverte pour les Argentins - Ushuaïa - Argentine

    Les Malouines (Malvinas, Falkland), une plaie toujours ouverte pour les Argentins - Ushuaïa - Argentine

    « Dans les rues en pente d'Ushuaïa, les traces des pneus cloutés creusent des ornières - Terre de Feu - ArgentineEn fin de journée, embarquement sur le Stella Australis - Ushuaïa - Terre de Feu - Argentine »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Lundi 18 Décembre 2017 à 08:28
    Xtian

    ¡­ Hola ! Lors de mon passage à Ushuaia, j'avais lu quelque part que les anciens combattants de la guerre des « Pequeñas Malvinas » étaient mal considérés en Argentine, du moins par les autorités officielles, à croire qu'on leur reprochait d'avoir perdu la guerre. Les choses ont peut-être changé ...

      • Lundi 18 Décembre 2017 à 13:09

        Salut,

        non, le régime d'alors les avait tenus pour responsables (c'étaient des pauvres jeunes, pas préparés, pas équipés, qui ont crevé de faim et de froid, maltraités par leurs officiers à la botte des généraux et qui ont eu à faire avec des troupes d'élite, professionnelles) mais ils sont considérés comme vétérans, mais ceux qui étaient restés sur le continent, sur les côtes fuégiennes et un peu plus haut en Patagonie, n'ont pas vraiment combattus mais se sont pris des bombes sur le museau, il y a eu quelques morts (13 je crois) et bien entendu des blessés, on en vu un amputé d'une jambe. Mais on leur refuse le statut de vétérans et c'est la raison de leur occupation de la Plaza de Mayo depuis 35 ans ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :