• Des fleurs naturelles (Jacarandas) à la fleur artificielle (Floralis Genérica) née d'acier et d'aluminium sur socle de béton puis assaisonnée de techniques modernes - Buenos Aires - Argentine

    La Floralis Genérica est une sculpture métallique en forme de fleur qui suit le soleil. Elle est installée dans un jardin au cœur du quartier de La Recoleta à Buenos Aires en Argentine.

    Elle à été construite en aluminium et en acier par l’architecte argentin Eduardo Catalano.

    Avec ses six pétales métalliques géants, le monument a une hauteur de 23 mètres pour un poids de 18 tonnes.

    La sculpture dispose d’une horloge qui contrôle l’ouverture et la fermeture de la fleur. La Floralis Genéricas’ouvrent le matin à 8 heures et se referme en fin de journée au coucher du soleil. Les horaires changent selon la saison.

    Quatre jours par an elle reste ouverte pendant la nuit : le 21 septembre (début du printemps à l’hémisphère Sud), le 25 mai (jour de la patrie), et le 24 et 31 décembre.

    La Floralis Genérica fut offerte par son auteur (décédé le 28 janvier 2010) puis inaugurée le 13 avril 2002

    Oui mais voilà,  lors de sa mise en place, un des pétales a mal été monté, rendant le mécanisme défaillant et surtout dangereux à l’utilisation…

    Catalano n’avait pas manqué d’essayer d’avertir l'entreprise Lockheed Martin Aircraft de ce problème pour qu’il soit résolu. Sauf que l’affaire a traîné, et qu’entre temps, Lockheed Martin Aircraft a quitté le pays et l‘Etat argentin a nationalisé ses restes. L’entreprise qui devait garantir le fonctionnement de la fleur sur 25 ans n’existe donc plus. Bien que défaillante, la fleur a donc quand même fonctionné de 2002 à 2010, alors qu’elle aurait pu céder bien avant. En février 2010, un mois après la mort de Catalano, l’Etat prend la décision d’arrêter le fonctionnement de la fleur, en attendant une hypothétique réparation.

    Mais devant le coût de cette réparation, l'affaire en est restée là. Puis, en 2014, la décision a été prise de la restaurer.

    Désormais elle devrait fonctionner, mais apparemment, devant le coût en énergie (éclairage de plusieurs dizaines de Kw), elle ne serait activée que certains jours ...

    Des fleurs naturelles (Jacarandas) à la fleur artificielle (Floralis Genérica) née d'acier et d'aluminium sur socle de béton puis assaisonnée de techniques modernes - Buenos Aires - Argentine


    2 commentaires
  • Près de l'immense fleur d'acier, le cimetière de la Recoleta où repose le gratin argentin avec en tête de liste Evita Peron (je les ai laissé en paix et ne leur ai pas imposé mon objectif !) surveillée par la basilique Nuestra Señora del Pilar, construite au moment de l’installation des Récollets. Achevée en 1732, c’est l’une des plus anciennes églises de la ville.

    Quartier de la Recoleta avec sa Basilique Nuestra Señora del Pilar et son arbre géant soutenu par "El Atlas de Recoleta" - Buenos Aires - Argentine

    L'arbre est un ficus originaire d’Inde et planté ici à la fin du XVIIIe siècle. Des étais ont été nécessaires pour soutenir ses immenses branches, dont certaines dépassent les 30 m de long. Celui-ci est le plus original, c’est “El Atlas de Recoleta”, statue métallique d’un homme supportant l’une des branches géantes. Cette œuvre, réalisée et offerte par le jeune artiste uruguayen Joaquín Arbiza Brianza, est essentiellement réalisée avec des pièces de récupération d’automobiles des années 1940 à 50.

    Quartier de la Recoleta avec sa Basilique Nuestra Señora del Pilar et son arbre géant soutenu par "El Atlas de Recoleta" - Buenos Aires - Argentine


    1 commentaire
  • Cette basilique, située juste en face de notre hôtel, est une des plus anciennes églises de Buenos Aires et sert de tombeaux à bon nombre de héros argentins. Elle a été, en 1807, le théâtre d'un épisode glorieux des défenseurs de Buenos Aires contre une tentative d'envahissement par les anglais qui s'étaient réfugiés dans le couvent de cette église. Il fut partiellement détruit par les boulets de canon, la seule tour d'alors, celle de gauche, fut reconstruite et les trous causés par les boulets furent bouchés avec des bouts de bois qui ont toujours été conservés et que l'on voit sur la photo (agrandir l'image).

    Basílica de Nuestra Señora del Rosario Convento de Santo Domingo - Buenos Aires - Argentine


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique